Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : L'Art et la Science de Vivre
  • L'Art et la Science de Vivre
  • : L'Art de Vivre est le plus grand Art qui soit. Cultiver l'Art de Vivre fait de soi un Artiste dans l'Art de Vivre sa vie.
  • Contact

L'Art de Vivre

Pour vous tenir informé(e) des mises à jour du site et être tenu(e) au courant des différentes manifestations organisées par L'Art de Vivre  inscrivez-vous à la Newsletter ci-dessus.


Participez à L'Art de Vivre !
Pour accéder au Forum cliquez ICI.

N'hésitez pas à réagir, en plus du Forum, aux différents articles ici publiés, en cliquant, à chaque fois, sur "Ajouter un commentaire" en bas à droite de l'article considéré.
Pour accéder au Groupe L'Art de Vivre Simple, Libre et Naturel, cliquez ICI.


Pour trouver rapidement une informationPour sélectionner les articles se référant uniquement à une catégorie donnée, cliquer (colonne de droite) sur la catégorie concernée. Pour afficher tous les articles, cliquer (colonne de droite) sur "Liste complète". Choisir ensuite celui que vous voulez...


Sites-blogs de L'Art de Vivre:

L'Art de Vivre Naturel

L'Art de Vivre Libre

L'Art de Vivre Juste

 

 

Recherche

Mode d'Emploi

Participations à L'Art de Vivre Naturel
 

Si vous souhaitez des échanges plus intenses et plus actifs et une plus grande participation à L'Art de Vivre Naturel vous pouvez notamment:

1) Vous inscrire (désinscription automatique immédiate) à la "Newsletter" (en haut à gauche) du site http://artdevivre.over-blog.com/; vous recevrez ainsi régulièrement des nouvelles du site et des conférences, stages et autres manifestations.
2) Participer au Forum "L'Art de Vivre" (cliquer sur le mot "Forum").
3) Participer au Groupe de L'Art de Vivre Naturel.
4) Réagir aux articles et informations apportés sur le présent site en y apportant vos précieux "commentaires" (cliquer sur le lien "Ajouter un commentaire" en bas de chaque article) (les commentaires qui ne respecteraient pas l'esprit du site ne seront pas conservés).
5) Participer à l'information relative aux diverses Manifestations de L'Art de Vivre Naturel par tous les moyens utiles (envois d'e.mails à votre carnet d'adresse, contacts avec les sites et associations écologiques, affichage, communiqués dans la presse, à la radio, etc.) et en recommandant le site grâce au bouton "Recommander" situé un peu plus haut.
6) Visiter la Boutique Ecologique.

Pour toutes demandes de précisions, n'hésitez pas à envoyer un e.mail .  Merci de votre coopération! - L'Art de Vivre Naturel.


Nouvelles écologiques du Monde
 
Pour savoir ce qui se passe sur la Terre, dans le domaine écologique, allez dans le Forum, Sous-Forums "Veille Ecologique" & "Combats Ecologiques".
Vous pouvez aussi visiter le site "L"Art de Vivre Debout" et/ou participer au Groupe L'Art de Vivre Simple, Libre et Naturel.

Portails
http://www.portail-environnement.com/: portail environnement votre entrée environnementale sur l’environnement mondial et les sujets environnementaux retrouvez ici toutes les actions et actualités environnementales de notre époque...

Sites Amis

Archives

 

 

«Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible.»  
- Antoine de Saint-Exupéry -

«Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’être humain
d’obéir à des lois injustes, alors aucune tyrannie ne peut plus l’asservir.»
- Gandhi -

«Lorsque le pouvoir de l’Amour aura remplacé l’amour du pouvoir,
alors la Terre sera entrée dans un Règne de Paix.»
- Ange Francier -

«Pire que le bruit des bottes ... le silence des pantoufles!»
 
«Puissance du vouloir! C'est par lui que tout change!»
- Pierre Le Dantec -
 
 
«Il ne savait pas que c'était impossible,
alors il l'a fait!»
 

 

L'Art de Vivre Libre Simple et Naturel
 
 

Articles Récents

7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 08:55

Journée Mondiale
ANTI-OGM

 Samedi 8 Avril 2006

 

à Vannes et ailleurs...

 

 

Bien pires que le «CPE» (Contrat de Première Embauche), ce sont les sinistres OGM!!!

 

 

 Il est maintenant scientifiquement prouvé qu’ils nuisent gravement à la santé des êtres vivants qui en mangent.

Or vous en mangez probablement déjà sans le savoir!!!

Afin de «ne pas faire de tort» aux multinationales qui fabriquent et vendent des OGM les gouvernements dissimulent volontairement les résultats des tests au public!!! (Causer tort à la santé des populations c’est évidemment beaucoup moins grave!!!)

De plus, la pollution génétique par dissémination dans l’environnement est inévitable et conduit à la disparition des espèces naturelles sauvages et de l’agriculture et – donc - de la nourriture biologiques.

 

 

Mobilisez-vous avant qu’il ne soit trop tard!

 La Journée Mondiale ANTI- OGM
c’est Samedi 8 Avril 2006
.

Et, pour le Grand-Ouest de la France, c’est maintenant, à Vannes, sur le port, à Midi, qu’il faut venir dire:

 Non aux OGM!

 

 

Pour en savoir plus:

 

http://www.ogmdangers.org/

http://altercampagne.free.fr/

http://www.infogm.org/

etc., etc.

Repost 0
Published by L'Art de Vivre - dans Protection du Vivant
commenter cet article
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 10:44

Dans les "cinq dernières minutes" du journal de France 2 du Jeudi Midi 30 Mars 2006 l'on a pu voir Yves Paccalet, répondre aux questions de la journaliste du journal de France 2 au sujet de la parution de son dernier ouvrage au titre un tantinet provocateur (ou "prophétique"!?!):


"L'humanité disparaîtra,

bon débarras!"



Avec un humour sensiblement teinté de noir - mais c'est - dit-il - dans le but de Réveiller! -, Yves Paccalet, philosophe, écrivain, naturaliste, compagnon d'odyssée, pendant quinze ans, du célèbre Commandant Jacques-Yves Cousteau, prévoit que les êtres humains sont en train de programmer leur propre disparition en ne respectant pas leur environnement, en saccageant les terres et les mers, en ne se préoccupant que de richesses et de pouvoirs.

Voici, déjà, l'interpellante exergue de son livre:


En fait, selon lui, privée de véritable libre vouloir - ou libre arbître - l'humanité n'obéit qu'à ses pulsions sexuelles, territoriales et intellectuellement hiérarchiques.

Si la véritable hiérarchie est naturelle - c'est-à-dire naturellement présente dans l'ordre naturel -, la hiérarchie purement cérébrale mise en place par l'être humain, elle, n'est pas naturelle et conduit à la catastrophe.

Yves Paccalet a-t-il "le blues"? Après avoir cru aux utopies de 68 et à l’avenir de l’écologie, il constate, à 56 ans, que rien n’a avancé en la matière. Son dernier ouvrage, essai d’humour noir écologique, dresse un tableau sombre en même temps que réaliste, de ces années de combat et de l'avenir induit.

Lorsqu'il écrit:

fait-il preuve d'un excessif et coupable pessimisme ou, au contraire, d'une terrible et effrayante lucidité?

La "solution" qu’il retient est drastique et se résume à cet apophtegme: ”L’Humanité disparaîtra, bon débarras!”.

Oh!!! Pour les personnes interessées par l’avenir de la planète, c’est là un breuvage décapant!

Une note d’espoir toutefois: l’"utopie" est toujours d’actualité.

Principal moyen d'action: arrêter tout de suite la "croissance"!

Autre note positive, quoique dramatique: Les écologistes avaient raison!!! Depuis une trentaine d'année, ce qu’ont dit les écologistes s’est, hélas, vérifié, toutes les catastrophes prédites depuis lors sont progressivement en train de se produire... Bon courage à tous!

Et, conclut Yves Paccalet, quand l'humanité aura disparu, la vie reprendra, tout simplement, sans elle..., pour le plus grand bonheur des règnes animal et végétal enfin débarassés d'une espèce malfaisante: l'homme!!!

On peut le dire, le discours est rude, voire même choquant. Assurément, c'est voulu: Yves Paccalet veut donner un électro-choc en annonçant quelque chose de devenu inévitable, à moins d'une salvatrice et immédiate insurrection des consciences, rien de moins que: la prochaine disparition de l'humanité de la surface de la Terre!!!


Table des matières de l'ouvrage:

Alors, recevons ce livre de la manière la plus positive qui soit: c'est uniquement en regardant, avec lucidité (dont le poète René Char a dit qu'elle est "la blessure la plus rapprochée du Soleil") la menace en face qu'il existe encore un Espoir de Salut.

En réagissant vigoureusement, si la toute petite minorité consciente arrive encore à réveiller une partie au moins de la masse engourdie il doit encore être possible d'"éviter l'inévitable" de sorte à pouvoir répondre à la question: "Y aura-t-il encore une humanité sur la Terre à l'aurée du XIIème siècle?" par un "Oui!" franc et massif.


"L'humanité disparaîtra. Bon débarras!"

Auteur: Yves Paccalet
Editeur: Arthaud
Format: 13 cm x 20 cm
Illustration: Illustrations couleur
ISBN: 2700396650
Repost 0
Published by L'Art de Vivre - dans Art de Vivre
commenter cet article
27 mars 2006 1 27 /03 /mars /2006 18:34

De l’Autonomie de Pensée
à l’Autonomie de Vie:

La Maison Autonome
de Moisdon-la-Rivière

 

Lorsque nous avons rencontré Patrick Baronnet pour la première fois c'était, en Mai 2005, à une conférence en laquelle il présentait, à l'aide d'un Diaporama, sa "Maison Autonome".

Aussitôt, nous perçûmes que nous avions affaire là à quelqu'un faisant corps avec ses œuvres, une parfaite adéquation entre la parole et les actes, ce qui, dans le monde actuel, est plutôt rare...

Jean-Claude Pierre, le porte-parole de Cohérence, lui aussi, était présent dans l'assistance, ce qui était tout, sauf un hasard...

Enthousiasmés par la conférence, le lendemain, dans la foulée, nous nous rendîmes à la visite de la Maison Autonome, trois heures minimum des plus instructives...

La Maison Autonome, c'est - plus qu'un Eco-Lieu - un Eco-Centre, un modèle écologique garanti sur sans facture (électrique!). 

Dans leur «maison autonome» à Moisdon-la-Rivière, en Loire-Atlantique (44), Patrick & Brigitte Baronnet ne paient, en effet, plus de factures ni d'eau ni d'électricité depuis des années. Pourtant, chez eux, les robinets coulent et les appareils électriques fonctionnent {presque} normalement, éco-logie/nomie oblige!

à la Maison Autonome tout est, en effet, organisé pour avoir le moins possible recours à l'extérieur. Pour préserver l'environnement et vivre en accord avec leur conscience écologique, les époux Baronnet ont installé une éolienne, des panneaux solaires électriques, un chauffe-eau solaire, des toilettes sèches à litière...

Il leur a fallu près de vingt ans, dont quinze à vivre à six avec un seul demi-salaire, pour transformer une mini-fermette d'une pièce et demie, traversée par des courants d'air, en une maison bien isolée, dotée de tout le confort moderne et presque intégralement autonome.

Ces anciens Parisiens, grandis sur le pavé parisien, à qui Mai 68 a donné envie de changer non pas tout de suite le monde mais, tout au moins, déjà, pour commencer, leur monde, ont tout d’abord résilié leur abonnement auprès de la Compagnie des Eaux, le remplaçant par l'eau du puits, puis, étant donné que leur puits est – comme, hélas, beaucoup d’autres, notamment en Bretagne - relativement pollué par l’agriculture chimique (nitrates) environnante, par l'eau de pluie stockée dans des citernes enterrées, d'une capacité de 8.000 litres, puis filtrée au charbon actif.

En 2006, voilà déjà une bonne décennie qu’ils sont aussi complètement indépendants sur le plan énergétique. Avec des photopiles sur des panneaux solaires et une éolienne de 18 mètres de haut relativement discrète, ils ont pu se couper d'EDF.

«Nous sommes à 100% autonomes, en partie grâce à nos techniques mais aussi avec un peu d'autodiscipline», explique Patrick Baronnet. Leur foyer, qui comprenait alors six personnes, consomme, avec 4 kilowatts par jour, trois à quatre fois moins d'énergie que la moyenne des Français.

L'utilisation d'ampoules à basse consommation et le système de déclenchement de l'eau avec les pieds (pour économiser les précieuses gouttes) ne font donc pas tout. La famille Baronnet veille, notamment, à éteindre les lumières derrière elle et à ne pas rester des heures sous la douche.

«La technique doit être au service des économies d'énergie et non du gaspillage», insiste Patrick Baronnet, ancien professeur d’éducation physique, qui estime que l'intérêt de sa maison est surtout de l'ordre de la réflexion.

«Il faut comprendre que nous ne pouvons continuer à gaspiller les ressources de la planète», dit-il. «Il faut changer nos modes de vie pour devenir plus respectueux de l'environnement».

Ce qui impose aussi de ne pas polluer. D'où le méticuleux tri des déchets, le compostage des déjections humaines pour le jardin, la création de bassins filtrants pour les eaux grises (eaux usées à l’exception, bien sûr, de celles des toilettes)...

Depuis les années 70, le couple Baronnet organise des journées portes-ouvertes. Depuis, des milliers de visiteurs ont franchi leurs portes, pour des visites scolaires hautement pédagogiques ("revanche" de l’ancien prof démissionnaire, dont les inspecteurs ne comprenaient pas la décision!), des stages techniques sur le compostage ou, par exemple, la construction de murs en chanvre et chaux ainsi que de chauffe-eaux solaires.

C'est ainsi qu'ont été érigés le Zome servant à l'accueil du public et la Maison 3E (E comme Ecologie, E comme Economie et E comme Entraide), maison pédagogique hautement écologique, que l'on peut découvrir à l'aide d'un DVD qui lui est consacré.

Le dernier «écofestival» de Juillet 2005, suivi de l’Université d’é avec de nombreux conférenciers et intervenants de grande qualité, a attiré plus de 6.000 personnes.

Prodiguant ses conseils et partageant son expérience, Patrick Baronnet peut, désormais présenter sa demeure comme un «écocentre» où se cultive un Art de Vivre écologique et affirmer: «Notre maison est un laboratoire vivant de recherche en développement durable».

Il présentera encore le concept de sa maison autonome le Dimanche 30 Avril à 14H30 au Congrès "Quel Avenir pour l'Humanité?" de Tréguier.
Repost 0
Published by L'Art de Vivre - dans Art de Vivre
commenter cet article
24 mars 2006 5 24 /03 /mars /2006 22:40
Samedi 8 Avril 2006
Journée internationale
contre les OGM
RDV Grand-Ouest
au port de Vannes
à partir de 12H00


Qu'on se le dise!!!



Si vous avez besoin de vous faire

une conviction personnelle
au sujet des OGM
et sur la manière avec laquelle
les pouvoirs publics traitent le dossier,

cliquez ICI
(Reportage-enquête diffusé sur Canal +)
Téléchargez, regardez & écoutez...
Réfléchissez et ... agissez!!!
Repost 0
Published by L'Art de Vivre - dans Vers une Santé Parfaite
commenter cet article
21 mars 2006 2 21 /03 /mars /2006 18:35

Jean-Marie PELT à SAINT-BRIEUC
Le 18 MARS 2006

En 1939, Jean-Marie Pelt, né le 24 Octobre 1933, avait donc six ans. Et huit en 1941. C’était alors, avec ses parents, un petit réfugié lorrain en Auvergne. Ils habitaient une fermette constituée d’une maison d’habitation recouverte d’un toit de chaume et dont le sol était en terre battue. Elle se composait de deux pièces pourvues d’un âtre, auquel l’étable, toute proche, apportait, grâce à la chaleur animale, un appréciable complément de chauffage.

Pour se vêtir, les moutons fournissaient la laine à filer. Pour manger, la ferme produisait son huile, il y avait des oignons, des châtaigniers. Pour la lessive il y avait la saponaire. Pour se soigner, il y avait les bleuets pour les yeux, les coquelicots pour calmer les enfants agités, la matricaire pour faire la tisane de camomille.

Juste les calendriers des PTT, empilés les uns sur les autres, la rattachaient au monde extérieur… Mis à part ces calendriers des PTT, dont le premier datait de 1871, depuis mille ans à peu près, c’était comme ça en ce lieu.

L’on peut dire qu’il y a eu moins de changements entre l’origine {connue} de la préhistoire et 1941 qu’entre 1941 et maintenant.

Bien qu’alors, c’était la guerre, l’on n’était pourtant privé de rien du tout! La raison pour cela est que la fermette était quasiment autonome… L’on se trouvait alors dans une totale dépendance envers la Nature mais dans pratiquement aucune dépendance envers la société.

Actuellement c’est l’inverse: l’on n’est, en apparence, plus du tout dans la dépendance envers la Nature mais dans une totale dépendance envers la société. Cela veut dire que si la société s’effondre les êtres humains se retrouvent alors complètement démunis. La Nature, elle, ne s’effondre pas et – si on la respecte – elle continue à fidèlement produire à travers les millénaires…

Aujourd’hui, la société donne tout. Et la Nature?: les enfants ne la connaissent pas! Ils vivent «en osmose» avec l’univers technologique, mais leur dépendance envers la technologie est devenue inconsciente. Si, à l’ado, on lui supprime ses gadgets (baladeurs, téléviseurs miniatures, mini-lecteurs de DVD, téléphones portables avec appareils photos numériques intégrés, etc.) … il meurt!!!

Pourtant, l’on peut fort bien vivre sans gadgets technologiques et même être très heureux; sinon les êtres humains des millénaires écoulés n’auraient pas eu la possibilité d’être heureux.

Mais si les plantes, elles, disparaissaient, tout le monde, sur la Terre, serait mort en {moins de} deux mois!

Le stock de nourriture pur la Terre entière est, en effet, de deux mois, pas plus.

Tout a donc bien changé depuis la ferme auvergnate de 1941. Cela concerne, aussi, les paysans. Il y a eu l’arrivée massive du pétrole.

Les premières alertes significatives quant aux agressions subies par la Nature et l’environnement datent du début des années 70 avec des ouvrages comme:

«Quand la Nature meurt…»

«Quelle Terre laisserons-nous à nos enfants?» de Barry Commoner,

«Le Printemps silencieux», de Rachel Carson, etc.

Alors, à ce moment-là, en France, le président Pompidou a créé, à l’époque, le «Ministère de la Protection de la Nature»…

Avec les pesticides l’on a perdu les magnifiques «fleurs des moissons», qui poussaient au milieu du blé; beaucoup ont disparu!

Il faut protéger la Bio-Diversité: Toutes les fleurs sont différentes, tous les végétaux sont différents, tous les animaux sont différents, tous les êtres humains sont différents, voix différentes, apparences différentes, empreintes différentes… la Biodiversité, c’est ça!

La pollution.

Dans le dictionnaire, il y a quelques dizaines d’années une «pollution» c’est ce qui arrivait aux petits garçons, dans leur lit, à l’âge de la puberté.

À présent, la pollution c’est différent, c’est «l’art de salir l’environnement». Il y en a de toutes sortes, la sulfurisation, la pollution des poissons, etc.

L’Institut Européen d’écologie à Metz a été fondé, pour une part, pour lutter contre les pollutions.

Il y a aussi les «gaz à effet de serre». Toujours est-il que la température augmente et les canicules sont plus fréquentes et plus fortes.

Depuis le 24 Octobre (jour de l’anniversaire de Jean-Marie Pelt) 2006 il fait froid. Tous les matins ça gèle et l’après-midi cela ne dépasse jamais les 10 degrés centigrades.

Il faut remonter à 1763 (ou 1753?) pour voir de la neige au 15 Août.

La météo est perdue.

À Nice il pleut tout le temps.

Le Languedoc-Roussillon était la région la plus ensoleillée de France, où les retraités s’en allaient chercher le Soleil; mal leur en a pris, car, maintenant, c’est la plus pluvieuse…

Le «réchauffement climatique» est accompagné de divers "caprices".

À la fin de ce siècle (le XXIème), il y aura entre 2° et 6° C de plus.

En Californie, à Los Angeles, maintenant il pleut tous les deux jours…

Les prévisions des météorologues sont devenues très difficiles…

À l’avenir cela ne peut qu’empirer, car, actuellement, il y a 800 millions de voitures à circuler sur la Terre ; l’on estime que lorsque les Chinois, les Indiens et les autres auront eu accès à la voiture individuelle il y en aura 3 milliards …

Dès lors, les canicules à prévoir atteindront les 45° centigrades…, les maisons seront à ré-orienter vers le Nord (et non plus vers le Sud), etc…

Le «paysan» actuel n’est plus du tout autonome; il est dépendant des lobbys agricoles, des coopératives, des banques, du pétrole, etc.

Les pesticides féminisent les hommes. Le sperme n’est plus vigoureux. Beaucoup d’hommes deviennent stériles. Il y a au moins 1% de spermatozoïdes en moins par an. Le désir sexuel masculin est en baisse. Du coup, il n’y aura plus d’émissions possibles pour Jean-Luc Delarue, Mireille Dumas, etc. En effet, la sexualité fait partie de la vie privée et sans désir sexuel plus d’amour charnel, plus de vie privée. Or c’est uniquement la vie privée des autres qui intéressent les gens…

Dans le domaine politique «on joue toujours la même chose!». C’est comme pour la messe de 11 heures, dont quelqu’un disait: «C’est toujours pareil; alors je n’y vais plus!»

Si l’on ne diminue pas les pesticides, alors on diminue les bonshommes.

Aujourd’hui, l’on est dans la complète dépendance au pétrole.

Monsieur Bush va faire la guerre à l’Iran. Il estime que des «frappes préventives» en Iran sont nécessaires. C’est très inquiétant pour l’avenir. Tout peut arriver.

Tout dépend du pétrole. S’il n’y a plus de pétrole, tout s’effondre comme un château de cartes.

Actuellement, le pétrole dope encore la «croissance», jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.

Au rythme actuel, en 2040 ce sera la fin du pétrole, et la fin du gaz sera pour 2060, donc peu après.

Quel développement pour le futur?

Tous les politiciens, quels qu’ils soient, pour les présidentielles de 2007, vont dire: «Il faut de la croissance pour créer l’emploi».

Le Père éternel a fait le Monde en 8 jours et non en 7.

Avec la croissance l’on verra arriver trois autoroutes de front, comme à Pékin, où il y a déjà non pas un mais pas moins de cinq périphériques autour de la ville…

La croissance est là-bas de 10% par an.

Les Chinois veulent des Jeux Olympiques «clean, techno, écolo».

Pourtant, avec Pékin, vue du ciel, l’on voit, la nuit, juste une petite nuée. Bombay sous son nuage de pollution, est carrément invisible.

Trois millions de Chinois meurent de la pollution de l’air. Cinq millions de Chinois meurent de la pollution de l’eau.

La croissance ne prend en considération que des biens et pas le reste.

L’eau polluée crée de l’activité, pas l’eau propre.

Chirac a deux idées fixes: Défendre la P.A.C., et faire baisser le{ nombre de}s accidents de la route.

Pourtant, ce n’est pas cohérent, car plein d’accidents de voitures font monter la croissance, ce qui implique qu’il faut des accidents pour la croissance.

Il y a des chefs d’état avec une «volonté politique».

Mais la volonté politique de la plupart des politiciens c’est juste de devenir président.

Ce que Jean-Marie Pelt aimerait c’est une volonté politique écologique. Il voudrait un président qui «mette le paquet» sur les énergies nouvelles, la Bio, les éoliennes, le chauffage solaire, etc.

Les Allemands ont 70 fois plus d’éoliennes que les Français. Ils ne parlent que de cela: les énergies renouvelables.

Alors les Français sont-ils en avance ou en retard?

Les Allemands ont inventé une idée nouvelle: le consensus.

Une notion existe: l’empreinte écologique, qui convertit les besoins humains en superficie terrestre équivalente. En fonction de cela les Américains consomment pas moins de sept planètes Terre et les Français «seulement» trois. 

«Le «développement durable», moi non plus je ne l’aime pas (cette notion)!», dit-il [allusion à la déclaration immédiatement précédente de Jean-Claude Pierre de «Nature & Culture», au cours de son propre exposé, disant qu’il n’aimait pas cette expression à cause de son ambiguïté]; le mal, lui aussi, est «durable»!

Par exemple, Hitler voulait fonder le «troisième Reich», lequel devait durer mille ans… Cela aussi aurait été du «durable»…

Il faut laisser aux enfants une planète avec des ressources

L’équité c’est de répartir équitablement les ressources…

La politique, c’est vraiment «un vieux truc».

Capitalisme, communisme, socialisme, libéralisme, tout ça c’est des vieux trucs en «isme»… Tous des productivismes.

Darwin a dit: «La Nature c’est la loi de la jungle». Les «idiologies» ont récupéré cette manière de voir les choses.

Les «O.P.A.» (Offres Publiques d’Achat) des grandes entreprises entre elles sont «inamicales».

On va vers du toujours plus gros, ce sont les «multinationales».

Quelques financiers sont à la tête des empires économiques. L’on appelle ça le «Darwinisme social».

Toutefois, à la fin de sa vie, Darwin a dit que son modèle n’était pas valable pour la société, parce que chez les êtres humains entre une autre composante: la compassion.

Le "père" du libéralisme a dit: «Nous allons satisfaire les besoins matériels des êtres humains. Lors que cela sera fait, à ce moment-là, le progrès ne sera plus matériel mais sera culturel et spirituel

Malheureusement, sa deuxième phrase a été complètement oubliée.

Le «Développement durable» seul n’est pas une bonne expression. Jean-Claude Pierre, fondateur de «Eaux & Rivières de Bretagne» ainsi que de «Nature & Culture», y ajoute «et solidaire» pour faire «Développement durable et solidaire».

Jean-Marie Pelt, lui, y ajoute encore: «et équilibré» pour faire «Développement durable, solidaire et équilibré».

Il dit: «Les jeunes sont dévoyés; le capitalisme les a dévoyés. Personne ne leur dit {plus} rien. Les jeunes ne reçoivent rien; ils ne reçoivent pas de Valeurs. Les jeunes n’ont rien reçu.»

Les jeunes n’ont pas de sensibilité écologique. Ils ne connaissent plus les plantes.

Pourtant, 80% des habitants de la Terre, lorsqu’ils sont malades, vont voir non un médecin mais un guérisseur qui leur donne non des médicaments mais des plantes.

Le grand Ami de Jean-Marie Pelt, Théodore Monod, alors âgé de 96 ans, tout à la fin de sa vie, lui fit remarquer qu’il n’y avait plus de «savants» mais qu’il n’y avait plus que des «chercheurs»

Le «chercheur» est un «spécialiste» pointu.

Voici la considération que les Français ont, aujourd’hui, pour les différentes professions/fonctions sociales:

1°) Chercheur

19°) Curé

20°) Homme politique.

On ne voit plus de savants; il n’y en a plus.

Théodore Monod, lui, savait tout sur le désert. C’était «une immense conscience». C’était un naturaliste, biologiste de terrain.

Aujourd’hui, les biologistes travaillent dans des laboratoires. Ils ne vont plus sur le terrain. Ils ne connaissent plus les plantes. Ils travaillent sur les gènes.

Le «Téléthon» a pour fonction d’encourager cela. Si l’on peut considérer comme une bonne chose de récolter – ou de donner! – de l’argent pour venir en aide aux malades, leur payer des fauteuils roulants, etc., donc accroître leur bien-être, pour la recherche en «thérapie génique», par contre, c’est complètement inutile: cela ne marche pas!

Les «biologistes» actuels, complètement déconnectés du terrain, pourraient tout aussi bien confondre coquelicot et char d’assaut. Ils ne connaissent strictement rien aux plantes!

Ils considèrent, eux, que la biologie cellulaire c’est désastreux, alors que, pourtant, à l’inverse de la thérapie génique, ça, ça marche!

Exemple réel d’un biologiste scientifique connu de Jean-Marie Pelt. C’était un spécialiste du patrimoine génétique des hélianthus. Depuis deux décennies il travaillait sur les hélianthus. Alors que Jean-Marie Pelt se trouvait chez lui il lui fit part du fait qu’à ce moment-là il ne pouvait plus travailler, car il n’avait pas reçu sa cargaison de matière première ; il n’avait plus d’hélianthus!

-        Et ça?, lui demanda Jean-Marie Pelt en désignant des fleurs dans le jardin de ce «scientifique».

-         Ça? éh bien, qu’est-ce que c’est?

-         Des hélianthus, bien sûr!

-         Ah!?!   :-O

Ce «scientifique», qui travaillait sur l’hélianthus depuis deux décennies, avait des hélianthus dans son jardin et ne le savait pas!!!

C’est sans doute cela un «spécialiste», celui qui sait tout … de rien!

Les intellectuels sont froids et glacés.

«Plus on communique et moins on communie

Théodore Monod déclara encore à Jean-Marie Pelt:

-         Nous avons, vous et moi, deux points communs:

Nous sommes, tous deux, une «espèce en voie de disparition» (naturaliste).

Nous sommes croyants tous les deux.

Par contre, nous avons une différence: Vous êtes optimiste; moi, non.

Jean-Marie, vous savez bien que l’humanité va disparaître…

Nous aurons tout démoli. Nous ne sommes plus des exploitants mais des exploiteurs.

Il existe 4600 espèces de mammifères différents. Nous sommes la seule espèce, avec les rats et les chimpanzés, à être agressifs.

Sauf que: Lorsque des chimpanzés ou des rats se battent entre eux, il peut arriver que l’on retrouve un mort sur le terrain, mais lorsque les êtres humains se battent entre eux il arrive qu’il y ait 40 (ou 50?) millions de morts… (Bilan de la seconde guerre mondiale).

Dans deux ou trois générations il n’y aura plus d’êtres humains.

Comment une espèce en si pitoyable état pourrait-elle subsister?

Vous parlez des grands Messages

En Orient, Bouddha: La Compassion.

En Occident, Jésus: L’Amour.

L’Amour, oui, mais on n’a jamais essayé pour de bon, Jean-Marie!

Vous qui êtes jeune (Jean-Marie Pelt avait, quand même, déjà 65 ans), il faut essayer!

Et il s’est mis à pleurer

On va peut-être rentrer pour de bon dans un Monde d’Amour (L’ère du Verseau)

Pourquoi les civilisations/sociétés sont-elles donc définies sur des critères économiques?

Pourquoi ne parlerait-on pas de «Civilisation de l’Amour»?

«Faire l’amour», comme expression, ce n’est pas beau!

A propos de "vie privée", Jean-Marie Pelt passe dans l’émission «Vie publique, vie privée» de Mireille Dumas, ce Mercredi 22 Mars 2006.

À la télé jamais l’on ne se serre la main ni on ne dit «Au revoir!».

Avec la Civilisation de l’Amour il s’agit de remettre en scène des Valeurs.

Prenez la Bonté; ce n’est plus à la mode du tout! Pour la plupart des gens «bon» = «con»!

Les œuvres d’Art, ce serait bien qu’elles soient belles!

Un «artiste» voulait accrocher des chaises à la cathédrale de Metz; non seulement cela aurait été laid, mais le prix pour cela aurait presque permis de bâtir une autre cathédrale!

La Beauté, ce serait à promouvoir, comme le faisaient les Grecs: une Contemplation de la Nature et du Divin.

Et la Miséricorde! Cela signifie: «Avoir le Cœur généreux».

Un médecin a besoin de qualités de Cœur.

Le Pardon: une Valeur formidable!

À Metz, l’Institut Européen d’écologie s’occupe de délinquants et essaye de leur apprendre la valeur du Pardon. Du coup, les autorités lui envoient tous les délinquants du département! Mais sans aucun crédit! Jean-Marie Pelt trouve cette pingrerie choquante, car l’I.E.E. ne vit que de dons et n’est donc pas riche. Il est vrai aussi, ajoute-t-il, que «l’état est pauvre»…

Il s’agit donc de ressusciter des Valeurs!

L’éducation Nationale s’interroge - et l’interroge - pour savoir si, en tant qu’institution visant à délivrer des savoirs, elle peut transmettre des valeurs de Respect.

Bien évidemment qu’elle peut et doit le faire!

Jean-Marie Pelt leur a répondu:

- Mais oui! Transmettez des Valeurs!

Les jeunes veulent de l’Amour!!!

 

Jean-Marie Pelt était présent à la deuxième Journée (matinée) - consacrée à l'Environnement - des "Premières Journées Francophones d'Ethique" organisée par l'E.R.E. (Espace de Réflexion Ethique) à Saint-Brieuc (Espace Brézillet) les Vendredi 17 et Samedi matin 18 Mars 2006.


Pour lire d'autres propos rapportés

de Jean-Marie Pelt à Saint-Brieuc,

cliquez ICI.

 

Propos recueillis par un auditeur

Repost 0
Published by Jean-Marie Pelt - dans Avenir de l'Humanité
commenter cet article
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 18:37

 

Congrès-Rassemblement
"Quel Avenir pour l'Humanité?"
Rassemblement pour la Protection
du Vivant sur la Terre
 
Présentation Générale

 

 

«La Vie est une et indivisible.»

 

«Si l’humanité persiste à se comporter sans humanité,

 

alors l’Avenir, lui aussi, se fera sans {l’}humanité.»

 
 

  «Comme le Cristal, la Vie est délicate… protégeons-la!»

 

- L’Art de Vivre –

 

 

Pourquoi le Congrès «Quel Avenir pour l’Humanité? - Rassemblement pour la Protection du Vivant sur la Terre»?

Telle une coquille d’œuf, la vie est fragile, disent les panneaux de la prévention routière au bord des routes. Alors, il convient de prendre des égards envers elle et de bien discerner le caractère précieux du Vivant…, ce à quoi nous aidera la conférence introductive de ce thème.

Regardant autour de lui, chaque être humain dont le cœur bat encore au  rythme de la Nature et de la Terre-Mère a le cœur de plus en plus serré au triste constat de ce qu’il voit journellement.

Hésitant entre révolte et résignation, il ne sait plus à quel «saint» se vouer. Comprenant que les centrales nucléaires et les OGM «de gauche» ne valent pas mieux que celles et ceux «de droite», il a largement perdu ses illusions quant à la capacité de la politique et des politiciens de porter remède aux maux qui, au nom de la «croissance» (dans un monde fini, est-ce bien «raisonnable»? - combien de temps encore cela va-t-il être possible?) et de la «rentabilité» à court terme, défigurent, chaque jour, davantage la planète, au détriment de son humanité, de sa descendance, et de tout le Vivant sur la Terre.

Oui, comment sortir du nucléaire?, ce n’est pas un bulletin de vote dans l’urne qui va changer cela, puisque cette question n’est – c’est bizarre!, serait-ce parce que le refus de la population est déjà connu? – jamais soumise à un référendum! Mais si ce n’est comment au moins pourquoi sortir du nucléaire?, cela c’est Véronique Marchandier du réseau «Sortir du nucléaire» qui nous l’expliquera…

Oui, les politiciens ont, au lieu de la décroissance (seul «développement aujourd’hui réellement «durable», «soutenable» et «solidaire»), presque tous, choisi la croissance forcenée, alors que, comme l’expliquera Jean-Pierre Lefeuvre du M.R.F., ce qu’il faudrait c’est, par une Pédagogie du Projet et une réforme fiscale appropriée, instaurer le Partage contre la croissance

Alors, en dépit du sentiment d’impuissance individuelle, est-il encore possible de «faire quelque chose»?

De nombreux écologistes de renom, comme, par exemple, Jean-Marie Pelt, considèrent l’«optimisme» comme un devoir, ils estiment, en effet, qu’il faut absolument se montrer «optimiste», car se montrer «pessimiste» équivaudrait à capituler d’emblée avant même d’avoir combattu. Autant, alors, dit-il, en attendant de percuter le mur,  se borner à «regarder la télé»!

Cela, un homme – ou  une femme - d’honneur ne peut pas se l’autoriser. Comme le disait le poète André Chénier, peu avant sa mort: «Quoi?, Mourir sans vider mon carquois?», il faut donc, tel le petit colibri de la fable, tentant d’éteindre l’incendie avec la minuscule goutte d’eau qu’il transporte mais conscient de «faire sa part», essayer de faire quelque chose…

Faire quelque chose, oui, mais quoi? «Que chacun balaye devant sa porte!» dit le proverbe « et la rue sera propre». Aucun ne peut – et, sans doute, ne doit – balayer toute la rue, y compris devant la porte des autres, mais chacun peut et même doit balayer devant sa porte.

C’est certainement ce qu’ont ressenti Patrick Baronnet et son épouse Brigitte, lorsque, quittant le Paris post soixante-huitard de leur jeunesse, ils ont compris que la révolution dont le monde a tant besoin ne sortirait ni des urnes de la politique ni du pavé des barricades mais bien de l’exemple individuel.

Lanza del Vasto, disciple non-violent de Gandhi, lui aussi, l’a déclaré: «Révolution bien ordonnée commence par soi-même!» C’est cette révolution- que, quittant Paris, voulaient entreprendre les Baronnet lorsqu’ils s’installèrent dans une toute petite maison de Moisdon la Rivière (44) en relativement piteux état, sise sur un terrain de 3800 m2, et acquise pour la modique somme de 40.000 Frs de l’époque.

Le premier titre du premier livre de Patrick Baronnet, maintenant intitulé «De la maison autonome à l’économie solidaire» était «De la maison autonome à l’autonomie de penser». En voulant réaliser sa maison autonome Patrick Baronnet s’est rendu compte que ce qui le motivait c’était sa volonté de penser par lui-même sans se plier au modèle dominant.

En fait, l’on peut penser que, même s’il n’en prit conscience qu’au cœur de l’action, c’est son légitime désir de penser par lui-même – donc l’autonomie de pensée qui le conduisit à réaliser une maison autonome.

Si l’on y réfléchit bien, bâtir lui-même sa propre maison (auto-construction) de sorte qu’elle soit certes économique mais surtout écologique cela ne devrait-il pas être le légitime désir de tout un chacun? Mais comment devenir auto-constructeur? Et comment bâtir une maison-écologique? N’est-ce pas plus cher qu’un habitat conventionnel? Heureusement, par exemple, Patrig Ar Goarnig, de la Fédération de Bio-Construction Keryac’h, est là pour l’exposer à ceux qui veulent transformer leurs rêves en réalité…

Et, lorsque, après s’être abrité, l’on se trouve confronté aux besoins d’eau pour boire, se laver, laver autour de soi, à celui de se chauffer et de s’approvisionner en énergie, quel est le choix de la paresse et du renoncement à son propre idéal?: le raccordement aux grands réseaux! C’est tellement facile! Facile d’être, par exemple, branché sur EDF (électricité de France), la Compagnie des Eaux ou Gaz de France! Il n’y a plus, ensuite, qu’à payer la facture et ceux qui en perçoivent régulièrement les dividendes en sont probablement enchantés.

Seulement voilà: à être ainsi apparemment «diluée» dans un système la responsabilité individuelle n’en est pas moins réelle et engageante.

Un exemple: Une grosse majorité de Français sont, précisément, paraît-il, contre le nucléaire… et approuveraient donc le fait de sortir du nucléaire (voir la conférence de Véronique Marchandier). Pourtant, le gouvernement s’apprête à renouveler le «parc» des centrales nucléaires françaises avec tout son cortège  de calamités pour l’environnement: radio-activité plus ou moins diffuse, risque de répétition de Tchernobyl, encombrants déchets radio-actifs pour des milliers d’années, incidences négatives sur l'atmosphère et les cours d’eau, défiguration du paysage, etc., … Cherchez l’erreur!

Ces mêmes Français, tout en étant contre le nucléaire et en préférant les énergies renouvelables, en Europe et ailleurs (voir la conférence du Dr Loïc Lamballais), dans les faits, sont loin d’être des anti-nucléaires… Combien vont se rendre à Cherbourg au prochain grand rassemblement anti-nucléaire afin de tenter de s’opposer à la construction du futur EPR? Et combien se coupent des réseaux fournissant de l’«électricité nucléaire» (comme certains n’hésitent pas à s’en vanter), alors que, dans le même temps, la Suède fait le choix de définitivement tourner le dos au nucléaire, de sorte à avoir, en 2015, toute son électricité produite par des énergies renouvelables .

Se comporter en personne réellement autonome est bien plus exigeant que de souscrire un abonnement à EDF et exige de surmonter sa paresse de penséer et de ressentir par soi-même! Cela exige de résolument s’engager dans une nouvelle vie, un mode de vie soutenable pour la planète, bref un véritable Art de Vivre sans polluer, sans {gas}piller, sans salir...

Ce haut Art de Vivre, que – si on ne le vit pas déjà - l’on n'atteint pas en un jour, consiste, selon Jean François Roudaut, à mener une vie digne et responsable, donc une vie simple et sobre, une vie libre et autonome, une vie riche et pleine, en un mot une vie assumée.

C’est aussi L’Art de Vivre écologique, thème du Salon simultanément présenté en parallèle avec le Congrès-Rassemblement.

Un tel mode de vie va, bien évidemment, à complet «rebrousse-poil» de tout ce que l’on peut aujourd’hui observer et nécessite une volonté ferme pour, avec des moyens modestes, être mené à bien.

À cet égard, l’exemple de Patrick Baronnet et de sa famille est aussi très significatif ; le temps d’arriver à concrètement réaliser sa Maison Autonome, il a dû, pour avoir la disponibilité suffisante pour travailler chez lui, «galérer» pendant quinze ans à travailler à l’extérieur seulement à mi-temps donc avec un seul demi-salaire pour arriver à vivre à six personnes dessus (lui, son épouse et leurs quatre enfants).

À présent, ils ont réussi et ils arrivent à très bien vivre – et, certainement, ce succès est bien mérité - avec ce concept de la Maison Autonome, qui, si l’on en croit ceux qui ont l’air de voir plus loin que d’autres, deviendra la norme des maisons en 2030.

Cet Art de Vivre, que l’on cherche ici à promouvoir, comporte, naturellement (c’est le cas de dire!), de nombreuses facettes…

Il y a déjà les soins du corps. «Si tu veux être en bonne santé, alors soigne ton corps et aussi ton esprit!» est-il judicieusement dit.

Pour cela, la Nature offre de nombreuses possibilités…

Par exemple, bénéficier du magnétisme naturel de la planète, notamment à travers les aimants écologiques, dont parlera Madame Hervieu de la Société De Pierrepont (2Pi-R-Pont).

La biologie humaine est régie par de subtils équilibres; c’est ce qu’a découvert Louis-Claude Vincent avec la Bio-électronique, ce dont nous parlera Jean-Pierre Chuine, d'Infovie-Bio.

Certaines plantes, à travers la micro-nutrition, agissent elles-mêmes subtilement; c’est notamment le cas de l’Aloé Véra dont parlera Margarete Vialle.

Tout n’est pas bon à avaler inconsidérément; c’est ce que nous expliquera Roger Le Madec de «Nature & Vie»; de nombreuses maladies dites «de civilisation» résultent d’une alimentation non spécifiquement humaine.

Avoir une Alimentation Bio, quelle différence pour la santé? Jean-Pierre Chuine de Infovie-Bio nous l’expliquera.

Et lorsque l’on a trop mangé et que l’on a besoin de grand air, il reste toujours la possibilité de «Randonner en jeûne hygiéniste» avec Monique Poupart…

Grâce au grand air, justement, l’on peut apprendre à faire mieux que bien respirer, l’on peut découvrir le souffle et le pont de vie existant entre organique et existentiel, avec Brigitte Roué, d’éveil à la Vie

Pour se soigner l’on peut aussi découvrir le Nam-Taï, l’Art conscient d’unifier les Forces de Vie, qui opèrent la Guérison, un Art mis au point par le géobiologue québécois, Stéphane Delalande, qui animera bientôt, en Bretagne, un stage d’Initiation au Nam Taï, précisément…

Il est encore un autre «Secret de Jouvence» c’est l’étonnant et vitalisant goji de l’Hymalaya, dégageant une énergie extraordinaire…, ainsi que le confirmera Alan Riou, praticien en relation d’aide, avec la coopération de Stéphane Delalande, géobiologue canadien.

S’il est important de se soucier de ce que l’on met dans son corps, il importe aussi de se soucier dans quoi l’on met son corps, donc de son habitat.

Si l’aliment devrait être la principale médecine du corps, la géobiologie est, quant à elle, ainsi que nous l’expliquera le géobiologue québécois Stéphane Delalande, une véritable «Médecine de l’Habitat».

Alors la question se pose de savoir «Comment – pour pas plus cher qu’une maison ordinaire conventionnelle - construire une maison écologique?», et, comme c’est mieux de la faire soi-même, «Comment devenir auto-constructeur?»

Naturellement, une telle maison écologique se doit, si possible d’être une Maison Autonome, semblable à celle de Patrick Baronnet près de Moisdon-la-Rivière, en Loire-Atlantique (44)…

Là on ne s’éclaire pas à la bougie et pour faire fonctionner ordinateur, machine à laver et autre appareillages modernes sont utilisées les énergies renouvelables, dont nous parlera le Docteur Loïc Lamballais, tout particulièrement en ce qui concerne l’Europe…

Le Docteur Loïc Lamballais, justement, est aussi un spécialiste du Magnétisme cellulaire, dont il nous entretiendra également…

Même bien abrité dans sa petite maison bio-éco en paille ou en terre, avec la volonté de - avec le truchement de la micropuce électronique sous-cutanée - placer la population sous contrôle l’avenir n’en devient pas moins incertain, ainsi que nous l’exposera Alan Riou, praticien à la relation d’aide.

Vivre Bio et éco c’est bien, mais à quoi cela servirait-il si nous ne le faisions que par intérêt personnel, sans le souci de nous intégrer dans le grand Tout?… La véritable Clef du Renouveau  c'est la Connaissance et le Respect des Lois de la Vie, dont nous entretiendra Janine Favre du Réseau «Notre Santé c’est notre Affaire», lequel publie un bulletin du même nom…

Elle est aussi l’auteur d’un ouvrage sur ce thème, intitulé «Leçons de la Nature pour Vivre en Harmonie», qu’elle dédicacera à l’issue de sa conférence…

Un thème qui s'harmonise parfaitement bien avec ceux de l'Alerte aux Vivants et qui veulent le rester, solennellement proclamée par Pierre Gevaert, ami de Pierre Rabhi, fondateur de Lima et homme de terrain, qui, avec une incisive clairvoyance et un langage simple et clair, met en garde au sujet d'un avenir proche, lequel pourrait brutalement ramener pour la plus grande partie des Terriens (et non seulement ceux de "Tiers Monde") une réalité que l'on croyait à jamais disparue: rien de moins que le spectre de la famine!

D'où la nécessité de l'urgente renaissance agraire, prônée par lui. Pierre Gevaert, à l'issue de sa conférence, dédicacera son dernier livre également intitulé: Alerte aux Vivants et qui veulent le rester!

Un monde menacé par la famine est un monde qui va mal, un monde construit sur de fausses bases. Mais quel est donc l'ennemi public n°1 de l'humanité? Beaucoup le pressentent mais, sommes toutes, il semble qu'assez peu d'êtres humains actuels l'aient réellement bien identifié et reconnu. Jean François Jacob se propose de nous en entretenir. Peut-être cela sera-t-il l'occasion, pour certains, l'occasion d'une surprenante prise de conscience?

Bien nourrir son corps, habiter une maison saine, que faut-il encore pour vivre en bonne santé? Sans doute avoir reconnu ses peurs et s'en être libéré. Reconnaître se peurs et s'en libérer, c'est ce que propose Michel Roger, praticien de l'aide à autrui.

En relation avec la peur sont aussi, certainement ces "manipulations réductrices de vie", dont il convient de s'affranchir, et au sujet desquelles s'exprimera Jérôme Boré, de l'Université de la Relation et pionnier des Jardiniers Ensemenceurs.

Un homme entièrement libéré de la peur, ce sera, notamment, un homme nouveau pour une Terre nouvelle, c'est, en tous cas, ainsi que le voit Jérôme Lemonnier, praticien normand exerçant à Caen, spécialisé dans l'Ecoute & Conseil en Libération intérieure.

Est-ce donc à l'intérieur que se passerait l'Essentiel, lorsque l'on veut tout simplement être bien? C'est en tous, cas, aussi ce qu'affirme Jean François Roudaut, lorsqu'il nous propose de découvrir "Le Chemin de la Santé Parfaite", consistant à devenir libre de toutes ses entraves intérieures.

Approche toute intérieure aussi pour le maître forgeron-sculpteur, Philippe Leray, qui nous propose une "Rencontre avec le fer, une matière qui vient du cœur des étoiles".

Alors, au niveau le plus profond de l'Ecologie qu'y a-t-il? Sans doute une Recherche de conformité du comportement individuel à l'Ordre du Monde. L'être humain apparaît comme un Microcosme, qui se doit de reproduire en lui et autour de lui le Macrocosme existant au-dessus de lui. Ecologie et Spiritualité, tel sera le thème abordé par Christian Cotten de Politique de Vie.

 

Esprit général du Congrès-Rassemblement

En résumé, c’est bien ici à l’intériorité profonde de chacun qu’il est fait appel - donc à son cœur - et non à son intellect raisonnant lorsqu’il lui est seulement proposé de participer au Congrès-Rassemblement pour la Protection de la Vie sur Terre.

Le Congrès "Quel Avenir pour l’Humanité?" - Rassemblement pour la Protection du Vivant sur la Terre aura donc lieu du 28 Avril au 4 Mai 2006. Sont programmées pas moins de trente-cinq conférences/animations de deux heures en sept jours de même, dans le cadre du Salon "L'Art de Vivre Ecologique", à Tréguier sur quatre jours, qu’une trentaine d’exposants.

En vue de participer à un tel Rassemblement il n’est pas nécessaire d’une longue réflexion pour pouvoir laisser parler son cœur et dire tout de suite «Oui à la Vie!».

 

Sites Internet

Pour toutes les autres questions d’organisation concrète se référer aux sites:

http://www.avenirhumanite.populus.ch/

entièrement dédié à la préparation du Congrès-Rassemblement et actualisé en fonction des réactions obtenues.

Il est aussi possible de réagir utilement sur le Livre d’Or et ou sur le Forum de L'Art de Vivre...

http://artdevivre.over-blog.com/,

http://salonartdevivre.over-blog.com/,

ainsi aussi, pour souvenir, que les sites du Salon ayant eu lieu en Octobre 2005 "L'Art de Vivre Autrement", l'un se plaçant avant et l'autre après:

http://www.artdevivre.populus.ch/

http://www.salonartdevivre.populus.ch/.

 

Information à transmettre autour de soi!

Merci!

Repost 0
Published by L'Art de Vivre - dans Archives
commenter cet article
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 14:28
L'Art de Vivre - Vie quotidienne


ÊTRE HUMAIN,
QU'AS-TU FAIT
DE TON CORPS?


 


Le corps un Bien inestimable qui nous est confié par la Vie,
et que nous avons le devoir de bien considérer et soigner.

Le corps est, en effet, ce que nous avons reçu
de plus précieux pour notre vie sur la Terre.



Ce que j'ai fait de mon corps?

 

Euh...


Je l'ai méconnu et négligé, je n'ai pas tenu compte de ses besoins les plus naturels et les plus légitimes, et encore moins de ses - au début - discrets avertissements.

- Je l'ai malmené, surmené et même parfois exténué par la mode, le sport, les folles nuits d'hédonisme...

- Je l'ai intoxiné et intoxiqué d'aliments et de boissons ne lui convenant pas ou en trop grande quantité, d'air souillé par les fumées et les miasmes, je l'ai abruti  de "médicaments" chimiques et de drogues en tous genres.

- Je l'ai enfermé, loin du sol de la Terre-Mère, dans les inhumaines "cages à lapins" des grandes mégalopoles.

- Je l'ai asservi à mes désirs et mes voluptés, à mes ambitions et à mes fantasmes; ceux-ci m'ont guidé bien plus souvent et bien davantage que le simple bon sens et que la claire notion de ses possibilités naturelles.

- J'ai recherché les plaisirs de la vie plus que de la joie de vivre.

- J'ai gaspillé sa jeunesse et j'ai méconnu la dignité et la valeur humaines que pouvaient m'apporter l'âge de la vieillesse.

- Je n'ai pas prêté attention aux premiers signes de sa souffrance, j'ai continué à en user et abuser jusqu'à ce qu'il soit devenu plus ou moins complètement hors d'état de bien me servir.

- Alors, je l'ai couvert de diatribes et, avec mes mots, je l'ai accusé de tout mes maux.

- Je l'ai traité en esclave et non en fidèle compagnon de mes périgrinations terrestres.

- J'ai établi une barrière entre ma vie intérieure et lui; je l'ai déconnecté de mon âme, lui, ne lui reconnaissant qu'un fonctionnement exclusivement mécanique et biochimique.

- En définitive, j'ai été, pour lui, un maître tyrannique et inconséquent.

Ce n'est que justice si, à présent, je suis malade et impotent!

Telle est la réponse que souvent, à l'heure de l'inévitable examen de conscience apporté par la maladie, l'être humain aurait à faire à cette question:

 

MAIS, PENTANT TA VIE, ÊTRE HUMAIN,
QU'AS-TU DONC FAIT DE TON CORPS?



(Inspiré du livre "Notre frère, le corps" du Dr Pierre DELORE.
Librairie de Médicis - Paris - 1938.)


- * - * - * -

Pourtant, chaque être humain ne devrait pas attendre d'être malade pour fournir au corps encore en bonne santé ce dont il a besoin, il devrait y être extrêmement attentif, faisant preuve, envers lui, de toute la sollicitude que l'on se doit d'accorder à l'instrument le plus indispensable à une juste, productive et épanouissante activité sur la Terre.

Car "attendre d'être malade pour se soucier de son corps c'est comme attendre d'avoir soif pour se décider à creuser un puits"... (Lao-Tsé).

Repost 0
Published by L'Art de Vivre - dans Vers une Santé Parfaite
commenter cet article
11 mars 2006 6 11 /03 /mars /2006 11:13

Stage de NamTaï

 

Organisé par Stéphane  Delalande, conférencier québécois au Congrès "Quel Avenir pour l'Humanité?"

(Voir présentations des conférences).

 

Du vendredi 5 mai au mardi 9 mai 2006 inclusivement.

 

Lieu:  La rivière

         F-35640 Eancé

     Paul et Christa : 02.99.47.89.98  (Pour réserver votre hébergement,  téléphoner directement, svp.)

 

Coût stage: 425 euros

Coût hébergement: 40 euros/jour (pension complète)

                              25 euros/jour (repas seul)

                              35 euros/jour (camping sur place, repas)

 

Pour réserver votre place un chèque d’arrhes de 100 €uros est demandé. Celui-ci sera redonné la 1ère journée du stage en échange du règlement complet, en espèce. Le chèque d’arrhes est remboursable jusqu’à un mois avant le stage.

Pour savoir où adresser votre inscription, envoyer un e.mail à: jeanneriou@wanadoo.fr

 

Pour plus d’informations: 02.96.91.31.78 ou 06.10.78.16.68.

 

*Stéphane Delalande fera deux présentations du NamTaï au Congrès-Rassemblement, «Quel Avenir pour l’Humanité?» à Tréguier (22) le dimanche 30 avril et le lundi 1er mai, entre 13h30 et 14h30.


Bulletin d'Inscription au stage Nam-Taï à reproduire et à adresser à:
jeanneriou@wanadoo.fr.

 

Nom:

 

Prénom:

 

Adresse:

 

Téléphone, e-mail:

 

Ma motivation:

 

 

Je joins un chèque d’arrhes du montant de 100 €uros au nom de Stéphane Delalande, pour mon inscription.

 

 

Repost 0
Published by L'Art de Vivre - dans Vers une Santé Parfaite
commenter cet article
11 mars 2006 6 11 /03 /mars /2006 09:26
En relation avec la conférence de Jean-Pierre Lefeuvre du Mouvement pour la Réforme Fiscale sur "Le Partage contre la croissance" (voir présentation des conférences 1), voici une petite présentation de:

LA PÉDAGOGIE DU PROJET

de Jean Vassileff

La Pédagogie du Projet place l'autonomie des personnes en formation comme principal objectif pédagogique. Elle dépasse donc le caractère spécifique de chaque type de formation et s'applique aussi bien dans le domaine de l'insertion que dans celui de la formation professionnelle, de la formation générale ou de la formation des formateurs.

Elle s'appuie sur le concept de projet; non pas seulement le projet professionnel mais le projet comme réalisation d'une personnalité autonome, comme fruit d'une projection authentique de l'individu.

Telle est l'originalité de la Pédagogie du Projet: au lieu de se focaliser directement sur le projet des personnes en formation ou sur l'émergence de leur projet, elle consiste à travailler leur capacité de projection, origine de tout projet et siège de l'autonomie.

 

Vassileff, Jean
Le partage contre la croissance: construire la démocratie: la réforme fiscale / Jean Vassileff. - [Nouv.] éd. corr. et augm. - Laval: Siloë, 2001 (53-Mayenne: Impr. Jouve). - 255 p.: ill.; 22 cm. - (De circonstance).
Précédemment paru sous le titre: "L'ère du partage". - En appendice, choix de documents. - Index. - DL 01-11422 (D2). - 339.209 44. - ISBN 2-84231-178-7 (br.) : 120 F (18,30 EUR) .
BN 02686782 notice au format Unimarc ISO-2709
01-48698

Centre de formation et de recherche pédagogique
4, Quai Hoche
F-44 200 NANTES
Tél. : 02 40 08 25 03
FAX: 02 40 48 46 49
E.mail: pedaprojet

Repost 0
Published by L'Art de Vivre - dans Art de Vivre
commenter cet article
10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 22:12
Kokopelli: La biodiversité au tribunal!


Beaucoup de jardiniers aux mains vertes connaissent et apprécient l'association Kokopelli, qui œuvre contre l'appauvrissement et l'uniformisation des variétés de fruits et légumes en produisant et distribuant 2500 variétés de semences, dont 600 variétés de tomates, 400 variétés de piments doux et forts, plus de 50 variétés d’aubergines, 200 variétés de courges, 80 variétés de melons, 130 variétés de laitues..., etc.

Une louable initiative qui déplaît pourtant à d'autres (notamment "Baumaux"), puisque Kokopelli se trouve - comme des malfaiteurs! - présentement, oui, attaquée en justice!


L'association Kokopelli a décidé de répondre aux accusations qui lui sont portées par l'élaboration d'une pétition intitulée "Libérons les Semences", dont voici le texte:

"La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.

L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples. Les vendeurs de pesticides bricolent dans leurs laboratoires des chimères génétiquement modifiées, qu’ils osent appeler semences, générant des plantes dépendantes entraînant une régression technique pour les paysans, les jardiniers et les amateurs.

Les lobbys, aidés par l'Etat, pour obtenir le monopole de ce qui appartient à tous, veulent supprimer le droit inaliénable de chacun de ressemer sa récolte. Les sélections de terroir garantissent des plantes saines et savoureuses. La semence industrielle est malade, elle ne peut vivre sans pesticides, engrais chimiques ou manipulations génétiques. Polluante pour l’environnement, elle est le point de départ de la mal-bouffe. Comme les générations qui nous ont précédés, nous avons le devoir de transmettre à nos successeurs, la possibilité d’orienter et de choisir leur avenir.

- Conscient que le maintien de la biodiversité est facteur de sécurité, d’indépendance alimentaire et de nourritures abondantes pour demain,

- Conscient que la semence est un bien commun à tous les peuples,

- Je demande que la loi AFFIRME le droit inaliénable de toute personne de cultiver, semer, multiplier, acheter, échanger, offrir, céder, transmettre, tout végétal (graine, bouture, plant, tubercule, etc.) sans restriction légale d'aucune sorte.

- Je revendique le droit de me procurer et de consommer librement la nourriture issue du produit des semences de population, de pays, de famille, dites anciennes: toutes, graines de vie.

En signant cette pétition, je défends ma liberté, un patrimoine et permets, avec l’association Kokopelli, la transmission de la biodiversité et de la fertilité aux générations futures."


A signer d'urgence en ligne sur le site de l'association Kokopelli:

 
http://www.kokopelli.asso.fr
Repost 0
Published by L'Art de Vivre - dans Protection du Vivant
commenter cet article